Mes passions sont vos passions

Parce que mes passions sont vos passions (cinéma, musique, déco, sport, loisirs créatifs,...), je vous propose de les partager ensemble. Commençons ici et maintenant.

22 juin 2012

"Orgueil et préjugés"

orgueiletprejuges1995Hier soir, malgré que c'était la fête de la musique, je vous avoue que je n'étais pas d'humeur festive, du coup je me suis rabattue sur la télé et à ma grande surprise pour une fois il y avait un programme qui m'intéressait ! Me voilà donc bien installé devant Arte avec "Orgeuil et préjugés" (Pride and Prejudice), mini série de 1995 adapté du roman éponyme de Jane Austen avec Colin Firth et Jenniher Ehle.

L'histoire: Mrs. Bennet n'a qu'un but dans la vie : trouver un riche mari pour chacune de ses cinq filles, afin de leur assurer un avenir serein. Mrs Bennet espère ainsi que l'une d'elles saura plaire à leur nouveau voisin, le sympathique et riche Charles Bingley qui vient de louer la somptueuse demeure de Netherfield . Malheureusement, il est accompagné de ses deux sœurs et de son meilleur ami, Mr. Darcy, qui le voient d'un très mauvais œil s'éprendre de Jane, l'aînée des Bennet, car tous les trois jugent la famille, à l'exception de Jane, tout juste fréquentable. Elizabeth, la cadette, suit avec attention l'évolution des sentiments de sa sœur préférée, tout en acceptant les attentions de l'officier Wickham, un milicien séduisant qui ne la laisse pas indifférente. L'œil pétillant de malice, elle observe la société provinciale dans laquelle il lui faut vivre. Elle avoue aimer rire chaque fois qu'elle le peut de la sottise d'autrui. Mais la façon dont l'orgueilleux Mr Darcy s'est conduit à son égard lors de leur première rencontre ne l'a pas fait rire du tout : il ne l'a pas trouvée assez jolie pour l'inviter à danser. Cette « offense capitale » est à l'origine du « préjugé » qu'elle nourrit contre lui : vexée plus qu'elle ne veut se l'avouer, elle tend une oreille complaisante aux calomnies de Wickham, et, par sens de la dignité, se sent obligée de défendre sa famille, même si elle souffre, elle aussi, du manque de bienséance dont font preuve sa mère et ses plus jeunes sœurs . Pendant ce temps, Mr Darcy se voit forcé de revoir son jugement sur Elizabeth : plus il l'observe, plus il l'apprécie, même si leurs conversations sont très tendues, car elle le déteste. Quand les Bingley repartent à Londres pour l'hiver, toutes relations avec les Bennet semblent rompues et Jane en souffre. Cependant le hasard réunit Elizabeth et Darcy au printemps à Rosings Park, chez Lady Catherine de Bourg. Apprenant, incidemment, que Darcy s'est vanté d'avoir préservé son ami d'un mariage imprudent, Elizabeth en est malade de colère. C'est alors que, malgré son préjugé de caste, Darcy vient la demander en mariage ; mais elle le rejette, lui reprochant son comportement suffisant et hautain, et son intervention pour séparer Bingley de sa sœur Jane, qui l'aimait. Blessé, il prend alors la peine d'expliquer, et de justifier, dans une longue lettre les actes qu'elle lui reproche. Et, lorsqu'à l'été, le voyage qu'Elizabeth fait dans le Derbyshire avec son oncle et sa tante les réunit à nouveau dans le domaine même de Darcy, Pemberley, il se montre si ouvert et amical, si désireux de lui faire rencontrer sa sœur Giorgiana, qu'elle en est troublée. Mais la découverte de la fuite de la plus jeune sœur d'Elizabeth, Lydia, avec Wickham semble les séparer définitivement : après un tel scandale, ni elle ni ses autres sœurs ne peuvent plus envisager un « bon » mariage. Maintenant consciente qu'elle aime Darcy, elle souffre, persuadée qu'il ne peut que la mépriser. Elle ignore qu'il est parti à la recherche des deux fuyards et s'est allié à son oncle Gardiner pour les obliger à se marier, sauvant ainsi, discrètement, la famille de l'opprobre et du déshonneur. Elle l'apprend avec stupéfaction par une indiscrétion de Lydia, et comprend alors toute l'étendue de la générosité de Darcy, car elle n'ose penser qu'il l'aime toujours. Le retour de Bingley à l'automne, bien décidé à demander la main de Jane, redonne cependant espoir à Elizabeth. Elle résiste fièrement à Lady Catherine, venue expressément à Longbourn essayer de l'intimider en lui rappelant que Darcy doit épouser sa fille Anne. Et, lorsqu'il revient à Longbourn, elle peut maintenant répondre favorablement à un Darcy qui a pris le risque d'un second refus. Elle a cependant un peu de mal à convaincre Jane et son père qu'elle l'aime sincèrement, mais le double mariage est bientôt célébré dans la joie.

J'ai du voir cette mini série deux fois et autant vous dire que j'ai aimé à chaque fois, et ce malgré la longueur (6 épisodes de 50 minutes). C'est une belle histoire bien compliqué comme on peut les aimer. Le cadre, les paysages, l'humour, le flegme so british, Colin Firth, la mise en scène: j'ai tout aimé ! Et je ne dois pas être la seule puisque le film et les acteurs ont raflés plusieures récompenses.

Ce film romantique au possible est une adaptation très fidèle du roman de Jane Austen, ce qui explique la longueur de la série mais qui explique surtout selon moi la réussite de ce film et la raison pour laquelle elle est devenue aussi culte en Grande Bretagne et dans tous les pays à culture anglo-saxonne. Même pour moi c'est culte !

En 2005, une nouvelle adaptation de Joe Wright est sorti avec Keira Knightley que je n'ai pas plus envie de voir que ça. Et vous ? 


Commentaires

  • je suis tout à fait d'accord avec toi!!!
    c'est trop bien orgueils et préjugés avec colin firth mais celui avec keira n'est pas terrible du tout!! en plus elle joue super et la mise en scène fait sale...

    Posté par blabla, 30 juin 2012 à 14:39
  • j'imagine mal comment ils peuvent condenser une mini série de 6 épisodes en un seul film de 2h
    c'est une histoire trop longue et trop compliqué, impossible de raccourcir ça, c'est du sacrilège !

    Posté par tititropfolle, 05 juillet 2012 à 10:08

Poster un commentaire